TV France International : Pouvez-vous vous présenter en 1 ou 2 lignes pour nos adhérents ?

Jérémy Segay : Bonjour TV France International, je suis Jérémy Segay, attaché audiovisuel à Taiwan depuis 2011. Taiwan compte 23 millions d’habitants qui sont les plus fervents utilisateurs de smartphone au monde (197 minutes d’usage quotidien). Le paysage audiovisuel taïwanais se caractérise par un fort taux de pénétration de service payant de télévision (9 foyers sur 10 sont abonnés à une offre, principalement câble et tvip) mais aussi par un émiettement de l’audience (et donc de la manne publicitaire) en raison de l’offre très fournie. Il en résulte des chaînes assez pauvres en ressources en comparaison aux géants publics et privés des pays voisins. Toutefois certains types de programmes, en particulier le documentaire, ont accès à des financements publics ou de la part de fondations privées.

TVFI : Quel genre de programme rencontre le plus de succès à Taiwan ? émissions du type Dance with the stars, série fiction, formats de jeux, talk shows…

JS : Les programmes les plus populaires sont les talk-shows, les émissions de variétés et enfin les formats touristico-culinaires (Super Taste, i Walker, etc). Ces programmes sont exportés dans tout le monde sinophone. Sans oublier, les chaînes d’informations continues, au nombre de 9 à Taiwan.

TVFI : Quelles sont les actions audiovisuelles mises en place par le poste pour promouvoir la production française ?

JS : Outre l’incitation à la participation des acheteurs taïwanais, au nombre de 3 à 8 selon les années, au Rendez-Vous de Biarritz en prenant en charge 50% du billet Taipei-Paris, le poste a mis en place plusieurs actions pour promouvoir la production française. Les plus significatives sont :

Une proximité cultivée avec la chaîne publique PTS, crée en 2000 sur le modèle d’ARTE. Cette chaîne acquiert de façon régulière un grand nombre de productions françaises et coproduits des documentaires de prestiges et haut budget (au standard local) comme dernièrement L’île au 1000 violons avec Artline et ARTE France. Le poste a dernièrement servi d’intermédiaire pour un barter deal avec Lagardère Média, en échange de l’assistance à la production d’un épisode à Taiwan de A ciel ouvert, PTS a récupéré les droits des deux saisons de cette série diffusée chez nous sur France 5.

L’accompagnement de la chaîne UDN TV, dernière venue des chaînes infos qui propose une ligne éditoriale plus internationale que ses concurrentes. Suite à la visite de Cédric Hazard de Arte France en 2013, UDN TV diffuse ARTE Reportage de façon régulière. Par ailleurs, UDN TV diffuse en français sous-titré chinois On n’est pas que des cobayes dans ses cases jeunesses du weekend.

La présence dans les forums technologiques organisés par le régulateur local (NCC, National Communications Commission) sur les questions technologiques (TNT de seconde génération) ou de contenus (l’ultra HD) en faisant venir l’équipementier breton ENENSYS ou le producteur marseillais Saint Thomas qui possède un catalogue important de programmes 4K.

TVFI : Outre les programmes taïwanais, quelles sont les autres nationalités présentes dans les grilles de programmes ?

JS : Principalement les programmes japonais et forcément coréens. Et aussi, les feuilletons en costumes coproduits avec la Chine. Si l’accès des productions chinoises est fortement restreint sur le marché taïwanais, les coproductions sino-taïwanaises ou sino-hongkongaise échappent à ces restrictions.

TVFI : Quels types de programmes français retrouve t-on sur les chaines de Taiwan ?

JS : Les acheteurs taïwanais sont friands de documentaires à thématique culturelle, historique ou scientifique ou encore traitant de l’art de vivre à la française. Les formats jeunesses sont aussi demandés, en particulier les programmes de type ludo-éducatif et bien entendu l’animation. Il faut noter qu’il subsiste ici un réel marché physique vidéo et il n’est pas rare que ce type de programmes sus-cités soient édités en DVD et distribué dans l’important réseau de librairies, pour certaines ouvertes H24.

Phénomène récent et qui tend à s’amplifier, la sortie en salle par des distributeurs cinéma de programme télé (de 52 minutes ou parfois en version allongée) d’unitaires traitant de haute couture ou de gastronomie, comme récemment un film sur Givenchy et un autre sur Louboutin.

Quelles sont les grandes évolutions du paysage taïwanais de ces deux dernières années ?

Bien entendu le développement du numérique dans un contexte in fine assez paradoxal.

Je m’explique, malgré le profil très technologique de l’île avec un taux d’équipement en mobile, tablettes, connexions internet, etc. très élevé, certaines technologies accusent du retard ici. La 4G a été lancée ici tardivement mais ça n’empêche pas Taiwan d’afficher aujourd’hui le meilleur taux de pénétration au monde avec 70% des abonnements mobiles. Concernant le câble, malgré le profil très technologique de Taiwan, la transition vers les offres numériques est toujours en court, la moitié des abonnés au câble le sont encore sur des offres analogiques. Les autorités repousse régulièrement la date pour la bascule complète au numérique mais celle-ci devrait être effective à l’horizon fin 2017.

Toutefois les habitudes de consommation et le pouvoir d’achat des taiwanais font de l’île un marché non négligeable pour les nouveaux acteurs numériques de la distribution de programmes.

Un certain nombre de plateformes locales ont été lancées récemment, souvent par des des opérateurs télécoms.

Et les chinois sont aussi présents depuis peu, et après avoir « assaini » leurs offres qui par le passé étaient non géobloqué et proposaient des contenus licenciés à Taiwan, dont des centaines de films français sous-titré en chinois par exemple. iQiyi est ainsi présent avec une offre spécifique à Taiwan.

Il n’y a pas ici de restrictions d’accès au marché des plateformes numériques étrangères comme Netflix, Youtube ou Itunes. Nous accompagnons d’ailleurs le développement à Taiwan de Dailymotion depuis l’ouverture de leur bureau à Singapour début 2015. Nous avons pu faire inviter Antoine Nazaret le responsable de Dailymotion pour la zone Asie Pacifique pour la keynote d’ouverture du Taipei International TV Forum en septembre dernier devant 200 décideurs de l’audiovisuel taïwanais. Le lancement au printemps dernier d’une interface localisée en chinois traditionnel a donné plus de visibilité à Dailymotion sur le marché taïwanais qui est le 7e mondial pour la plateforme française.