Les purges mises en œuvre par le Président Recep Tayyip Erdogan et qui font suite au  putsch manqué du 15 juillet dernier, ont pris une ampleur sans précédent en Turquie.

Elles visent les partisans du prédicateur Fethullah Gülen, en exil aux États-Unis et accusé par le pouvoir turc d’être l’instigateur des événements du 15 juillet.

Près de 35 000 personnes ont été placées en garde à vue depuis le putsch raté (certains déjà libérés) et plus de 110 000 fonctionnaires ont été suspendus de leurs fonctions. Les purges touchent des représentants de tous les secteurs de la société : armée, administration publique, police, santé, justice, éducation, milieux économiques et sportifs, et bien sûr les médias.

De nombreux mandats d’arrêt ont été délivrés à l’encontre de journalistes et deux hauts responsables de Tûrk Telekom, limogés.

http://www.broadbandtvnews.com/2016/08/15/key-execs-leave-at-turk-telekom/

45 journaux, 4 agences de presse, 15 magazines et 28 maisons d’édition ont été fermés sur ordre du gouvernement, tandis que 22 stations de radio et 16 chaînes de télévision se voyaient retirer leur licence d’émettre par le Haut-conseil turc de la radio et de la télévision (RTÜK).

Les agences de presse concernées seraient Cihan, Muhabir, SEM et Urfa News Agency.

Le quotidien Zaman et sa version anglaise Today’s Zaman – qui faisaient partie, comme Cihan, d’une holding liée au prédicateur Fethullah Gülen jusqu’à leur remise au pas en mars dernier – ont également été abruptement fermés.

Parmi les chaînes concernées, figureraient : Barış TV, Bugün TV (actualité), Can Erzincan TV, Dünya TV, Hira TV, Irmak TV, Kanal 124, Kanaltürk, MC TV, Merkür TV, SRT TV, Tuna Shopping TV et toutes les chaînes du groupe Samanyolu : Samanyolu TV, S Haber (Samanyolu Haber, la chaîne d’actualité), Mehtap TV (la chaîne d’information culturelle) et Yumurcak TV (la chaîne jeunesse).

En Gras celles figurant dans la BDI.

https://www.zamanfrance.fr/article/turquie-149-generaux-amiraux-expulses-larmee-45-journaux-fermes-22917.html

https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_media_outlets_shut_down_in_the_2016_Turkish_purges

Le groupe de médias Samanyolu (auquel appartient aussi le quotidien Zaman), est le principal diffuseur visé par les purges en raison de ses liens étroits avec Fethullah Gülen.

Les représentants de Samanyolu TV, rencontrés lors du Discop 2015 (voir Compte-rendu des entretiens BDI, Discop Istanbul 2015), faisaient alors déjà état d’importantes pressions exercées par le pouvoir (descentes de police, perquisitions, arrestations, amendes,…), qui se sont soldées après novembre 2015  par l’arrêt de la reprise satellitaire de la chaîne via Türksat.

La vague d’arrestations et de licenciements censée « nettoyer » la Turquie depuis un mois est en fait un règlement de comptes entre les deux anciens alliés. Le mouvement religieux de Fethullah Gülen, proche de la confrérie musulmane des nurcu, a apporté en effet un puissant soutien à Erdogan lors de son accession au pouvoir en 2003, pour s’imposer face aux cadres et militaires laïques qui voyaient d’un mauvais œil l’islamisation de la société turque promise par l’AKP, le parti présidentiel.

Leurs relations se sont après 2013 fortement détériorées, l’actuel président de la République, Recep Tayyip Erdogan, accusant par la suite les réseaux gülenistes de tenter de le renverser.

Le putsch raté et la répression qui a suivi, constituent l’apogée de cette lutte fratricide entre deux mouvances de l’islamisme en Turquie. Mais pour asseoir sa domination, Erdogan frappe bien au-delà du cercle guléniste. Le 15 juillet, « un cadeau de Dieu » selon ses propres mots, lui permet d’évincer toute opposition, de gauche ou kémaliste et de faire fermer les médias indépendants. Sans que l’opinion turque n’y trouve rien à redire.

Pour en savoir plus :

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20160719.OBS4932/turquie-la-purge-d-erdogan-s-etend-a-l-education-et-aux-medias.html

https://www.franceinter.fr/monde/turquie-apres-les-purges-les-defections-en-serie-d-officiels

http://www.rfi.fr/europe/20160817-turquie-istanbul-coup-etat-purges-erdogan-gulen

http://info.arte.tv/fr/turquie-lengrenage-dune-purge-sans-debat

A noter que le 19 juillet, la chaîne d’actualité azerbaïdjanaise ANS TV a été suspendue pour un mois après avoir diffusé une interview de Fethullah Gülen.