Bonnes nouvelles pour notre métier de distributeur de programmes !

La première est venue de la reconnaissance dans la loi du 7 juillet 2016 sur la liberté de la création , du rôle joué par le distributeur dans la création de valeur de la chaîne de production et de diffusion audiovisuelle et cinématographique. (Que le travail du Sedpa qui n’a pas ménagé ses efforts pour cette reconnaissance, soit ici salué)

La seconde, c’est la décision émanant de deux groupes de travail du  CSA, celui présidé par Nathalie Sonnac sur l’économie de l’audiovisuel et le groupe soutien à la création et évolution des programmes présidé par Francine Mariani-Ducray de mener à bien un cycle d’auditions des acteurs impliqués dans la vente de programmes audiovisuels.

Ces deux conseillères avaient déjà publié au début de l’année une étude (disponible sur le site du CSA)  sur le tissu économique de la production audiovisuelle, mine de renseignements sur la structuration, la santé économique et les conditions de développement national et international  du secteur.

C’est dans le cadre de la mise à jour et de la  pérennisation de cette étude qu’un premier éclairage argumenté et chiffré de notre profession – profil des entreprises, modalités nouvelles de distribution, problématiques de nos métiers, etc., sera publié.

Comme quelques entreprisses, de toutes tailles et actives dans tous les genres, TV France International a été auditionné afin d’éclairer les deux conseillères entourées de leurs collaborateurs sur les caractéristiques et les enjeux actuels de notre métier.

C’est un effort statistique, pédagogique et de transparence de nos professions qui sera évidemment d’une grande utilité et qui, actualisé, permettra par la suite de suivre, quantifier et mieux comprendre les évolutions qu’elles traversent.