TV France International a lancé le 16 mars 2017 sa note et son questionnaire pour recueillir les chiffres nécessaires à l’édition annuel de sa grande étude, coéditée avec le CNC, sur les exportations de programmes audiovisuels français.

Nous avons interrogé Jean Dufour, VP Production & Distribution d’Ampersand (société membre de TV France International) et Vice-président exécutif du SEDPA sur les motivations de répondre à une telle étude.

Vous trouverez ses réponses ci-dessous :

Pourquoi répondre au questionnaire de cette étude ?

L’étude de TVFI constitue la seule source statistique sur les exportations françaises de notre secteur. C’est à ce titre un indicateur précieux sur l’état de santé et le dynamisme de notre industrie de programmes. Cette étude a maintenant suffisamment de pérennité dans le temps pour être un thermomètre fiable des exportations par genre et par pays. Elle permet donc d’identifier les points de force et de faiblesse, et de réajuster les actions de TVFI et des pouvoirs publics en conséquence. Plus concrètement, les décisions prises par TVFI d’organiser tel ou tel showcase ou telle action sur une zone géographique donnée ou un genre de programme dépendent des informations tirées de cette étude.

Pour les adhérents, ces données statistiques font ressortir toujours par genre les marchés porteurs sur lesquels on peut ‘’surfer’’ et à contrario les marchés en perte de vitesse sur lesquels il faut réévaluer son effort commercial. En terme de stratégie commerciale, elles permettent également d’étalonner les résultats de leur société par rapport à ceux de l’ensemble de la profession.

Pourquoi le Sedpa a-t-il besoin de collecter le chiffre d’affaires des reventes en France des programmes audiovisuels français ?

Le dynamisme des exportations françaises sera d’autant plus grand que les distributeurs pourront s’appuyer sur un marché domestique puissant et structuré. Distribution domestique et internationale sont intrinsèquement liées et ne peuvent désormais plus aller l’une sans l’autre. Sur le marché intérieur, les distributeurs souffrent d’un manque de reconnaissance de leur profession ce qui est très pénalisant dans un secteur aussi régulé que le nôtre.  Ainsi ce n’est que l’année dernière que le métier même de distributeur audiovisuel a été officiellement défini et reconnu par les pouvoirs publics et ce grâce à l’action du Sedpa !

A l’heure actuelle nous ne disposons d’aucunes données statistiques sur ce que « pèse » le marché de la distribution en France. Quel est son chiffre d’affaire global ?  Quelle est la proportion des importations ? C’est le grand mystère et pourtant sans ces données, il est difficile de structurer un discours pour défendre au mieux les intérêts de la profession et créer des conditions de marché favorables aux distributeurs.

Dans l’enquête statistique de TVFI, remplir le petit tableau ci-dessous du début du questionnaire revêt donc une importance primordiale :

TOTAL Chiffre d’affaires (en K€)
VENTES : internationales France
Programmes français 0,0 0,0
Programmes étrangers 0,0 0,0

Pour rappel ces données restent strictement confidentielles et anonymes.  Elles sont exclusivement destinées à être compilées pour fournir des données statistiques globales.

Quels sont les enjeux dans la détention de statistiques précises sur les résultats des programmes français ?

Budget de TVFI, niveau des subventions alloués par le CNC Export, circulation des programmes à l’international et en France, préservation des intérêts des distributeurs et des exportateurs dans les négociations interprofessionnelles, défense des positions françaises au niveau de la Commission européenne, débat sur un crédit d’impôts distribution permettant entre autre de mieux financer les minimums garantis et de renforcer équipes commerciales et outils marketing : ce ne sont que quelques exemples où la détention de statistiques fiables permettra de conforter la place des distributeurs et des exportateurs français, et donc de maximaliser la vie commerciale de leurs catalogues de programmes.