A quelques jours de l’annonce des dates de dépôt de dossiers pour la commission sélective de soutien aux sites internet & webmarketing et d’aide aux opérations spéciales, nous avons interrogé Catherine Souyri-Desrosier, Chef du Département exportation et négociations commerciales internationales de la Direction des affaires européennes et internationales du CNC sur le principal soutien du CNC à la promotion et à la vente des programmes audiovisuels français :

En quoi 2017 sera une année déterminante pour le soutien à la promotion internationale des œuvres audiovisuelles ?

L’année 2016 a été celle de l’aboutissement d’une vaste réflexion, menée par le CNC en concertation étroite avec les acteurs des secteurs audiovisuel et cinématographique, sur la mise en œuvre d’une stratégie globale à la promotion internationale des œuvres.

La réforme ambitieuse qui en découle tant pour l’audiovisuel que pour le cinéma reflète l’importance que revêt la diffusion internationale des œuvres dans l’économie de la filière et témoigne du caractère prioritaire que lui accorde le Centre.

Dans ce cadre, le dispositif de soutien à la promotion internationale des œuvres audiovisuelles  a été simplifié et renforcé. Il est ainsi devenu quasi-automatique dans la gestion de l’attribution des aides ; il a vu le doublement de son enveloppe budgétaire qui s’élève désormais à 3,4M€ par an et l’introduction de nouvelles dépenses éligibles destinées à répondre à l’évolution des pratiques et du marché (cf. article de janvier).

2017 sera une année déterminante pour la mise en œuvre du nouveau dispositif de soutien car elle permettra de tester la pertinence des choix stratégiques qui le sous-tendent.

Les distributeurs et producteurs, bénéficiaires potentiels du dispositif, doivent pleinement tirer parti de la souplesse du dispositif leur permettant de déposer leurs demandes tout au long de l’année. Il est néanmoins essentiel qu’ils présentent leurs dossiers de manière régulière et étalée dans le temps, en tout état de cause avant le 1er novembre 2017, date à partir de laquelle les demandes ne pourront être traitées pour l’année en cours.

Aux raisons pratiques liées à la nécessité d’assurer la fluidité du traitement des dossiers et du versement des aides, s’ajoute l’importance de pouvoir, sur cette base, dresser un bilan et procéder aux ajustements du dispositif qui seraient jugés utiles à l’issue d’une première année de fonctionnement.

Quand le nouveau dispositif sera-t-il évalué ?

Le CNC procèdera à un premier examen de la mise en œuvre du mécanisme de soutien le 27 juin prochain avec les membres de la Commission qui se réunira pour traiter des dossiers relevant de la partie sélective du dispositif. Un bilan annuel complet sera établi à l’occasion de la deuxième réunion de la commission en novembre prochain.

Il est indispensable de veiller à ce que ce nouveau dispositif soit en phase avec les besoins de la filière de la vente à l’international afin de la renforcer, d’accroître les parts de marché des œuvres françaises à l’étranger dans un marché international devenu très concurrentiel et d’augmenter l’apport des ressources en provenance de l’étranger dans le financement des œuvres, qui sont les principaux objectifs du plan export lancé par le CNC.