TV France International a lancé le 16 mars 2017 sa note et son questionnaire pour recueillir les chiffres nécessaires à l’édition annuelle de sa grande étude, coéditée avec le CNC, sur les exportations de programmes audiovisuels français.

Nous avons interrogé Vincent Gisbert, le Délégué général du SPECT sur les motivations de répondre à une telle étude.


TV France International : Quels sont les enjeux de la détention de statistiques précises sur les résultats des programmes et formats français en France et à l’étranger ?

Vincent Gisbert : Pendant de nombreuses années, les formats et les programmes de flux ont été absents des statistiques export publiées par TVFI et le CNC. Or il est très important,  en particulier pour les programmes de flux  où les sources d’informations sont plus rares que pour le stock, d’avoir accès à des données précises.

Si depuis 2009 les statistiques montrent une croissance régulière et importante puisque les exportations ont presque doublé, la France reste un acteur secondaire du marché du format qui est en termes de volume financier le premier mondial dans l’audiovisuel avec plus de deux milliards d’euros.

TV France International : Les recettes issues de l’exportation de la création française en matière de format peuvent-elles contribuer à une meilleure reconnaissance de l’aspect créatif des programmes audiovisuels ?

Vincent Gisbert : Les succès français à l’international sont déterminants : en effet plus les formats français sont reconnus dans le monde et notamment en Europe, plus cela permet d’enclencher un cercle vertueux et de renforcer leur exposition et les recettes qui vont avec pour les producteurs français. L’enjeu est d’autant plus important qu’il existe une fenêtre de tir pour les créations originales françaises. En effet, depuis plusieurs années, on ne trouve plus de « killer format » que les diffuseurs s’arrachent dans tous les pays. Cela laisse donc plus de place aux créations françaises! Il convient donc de s’adapter à cette nouvelle donne.

TV France International : Quels sont les prochains enjeux pour permettre à la production française de formats d’être plus puissante sur le marché local et sur le marché international ?

Vincent Gisbert : La question de la place des formats français chez les principaux diffuseurs nationaux est absolument fondamentale : les budgets consacrés aux pilotes doivent être accrus notamment à France Télévisions. L’ouverture du crédit d’impôt innovation à la création de pilotes est nécessaire afin de dynamiser la R&D. Les évolutions des dispositifs de financement de la fabrique des formats vont dans le bon sens.

Nous comptons aussi beaucoup sur TVFI pour développer des manifestations qui prennent mieux en compte les spécificités du marché du format. L’initiative prise en commun avec la fabrique des formats sur les projets de pilotes tournés en anglais doit trouver des prolongements.