Peng Zhang est la correspondante de TV France en Chine. Elle travaille avec Brigitte Veyne, l’attachée audiovisuelle en Chine. Certains d’entre vous ont déjà pu rencontrer Peng lors du Rendez-Vous de Beijing les 16 et 17 mars derniers. Dans ces quelques lignes, Peng se présente et nous présente l’immense marché chinois…

 

L’entretien

TV France International : Bonjour Peng, pouvez-vous présenter votre parcours à nos adhérents ?

Peng Zhang : Je suis diplômée de l’Université de Communication de Chine, puis j’ai travaillé pendant 3 ans à CCTV comme journaliste dans le domaine du documentaire. Je suis partie en France en 2001 pour poursuivre mes études de cinéma et découvrir la culture française. Après avoir vécu 15 ans en France, je suis revenue dans mon pays natal l’an dernier. Depuis octobre 2016, je travaille au service de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de France en Chine, dans le secteur audiovisuel, sous la direction de l’attachée audiovisuelle, Brigitte Veyne.

TV France International : Comment approchez-vous votre poste de représentante de TV France en Chine ?

Peng Zhang : TV France joue un rôle important pour promouvoir les programmes français sur le marché international. Je suis fière de pouvoir aider à renforcer les contacts, à développer les collaborations entre ses adhérents et les professionnels chinois. J’ai une longue expérience de travail et de vie en France; ce point fort m’a permis de mieux comprendre les besoins des partenaires français et la qualité de service qu’ils attendent.

TV France International : Quelques mots sur le marché chinois (audiovisuel, VOD…) ?

Peng Zhang : Le marché de la télévision chinois est le deuxième marché mondial en audience et revenu publicitaire.  Les chaînes les plus importantes sont bien sûr le réseau national CCTV mais aussi les chaînes provinciales à diffusion nationale comme Beijing TV, Dragon TV ou Hunan TV.

Les plateformes internet sont également des diffuseurs incontournables en Chine. Avec 710 M d’usagers d’internet, 1,3 Md d’utilisateurs de portables dont 660 M connectés à l’internet, le marché chinois est immense. Les plateformes présentent de fortes opportunités pour les entreprises françaises, avec trois acteurs très importants : Iqiyi (qui dépend de Baidu, et qui a 10 M de souscripteurs à des contenus payants), Youkou (qui dépend d’Alibaba) et Tencent qui sont les trois principales plateformes. Youku a plus de 400 M d’usagers et 65% de son contenu est international, Iqiyi 500 M d’usagers…

Ce marché en pleine expansion répond par ailleurs à des standards de plus en plus internationaux et la protection des droits de propriété intellectuelle en Chine s’est renforcée ces dernières années.

Pourtant, malgré l’importance du marché, les barrières à l’entrée sont fortes pour les contenus étrangers. La différence aussi de culture, d’environnement réglementaire, de goûts du public est aussi une difficulté pour les professionnels français. Ce n’est pas facile non plus pour eux de trouver le bon interlocuteur dans des sociétés géantes et dont le personnel a des taux de rotation très rapide.

Dans ce contexte, la représentation de TV France Internationale en Chine prend tout son sens. Elle aide les exportateurs français à mieux comprendre les opportunités et contraintes de ce marché dynamique.

TV France International : Auriez-vous quelques conseils à souffler à nos adhérents pour pénétrer ce fabuleux marché d’1 milliard 400 millions d’âmes ?

Peng Zhang : Il faut être patient. Cela prend du temps pour développer un nouveau marché et  construire des collaborations, surtout sur un marché si différent de celui de la France. Le chemin peut être long, mais il ne faut pas perdre confiance.

TV France International : Quels genres de programmes audiovisuels rencontrent le plus de succès en Chine ? 

Peng Zhang : Les animations françaises ont eu beaucoup de succès depuis quelques années. Le premier acheteur pour le digital, Huashi TV, a beaucoup fait parler de lui sur les revues du MIP. Dimitri, Polo, Simon sont appréciés par les enfants chinois.

Les documentaires classiques, qui traitent de sujets comme la nature, les animaux, la découverte, la mode et art de vivre restent très demandés par les chaines de TV et les grandes plateformes.

Par contre, les séries télé françaises de fiction sont officiellement presque absentes du marché. Mais la jeune génération du public chinois cherche toujours la diversité de programmes. Certains sujets ont du potentiel comme par exemple les séries historiques, policières.

TV France International : L’organisation du Rendez-vous de Beijing a été très rapide et efficace. Pouvez-vous nous en dire quelques mots ?

Peng Zhang : Je pense que c’est grâce à la volonté des équipes d’organiser cet événement. La communication entre les équipes de l’Ambassade et de TV France a été fluide. Chacun a fait beaucoup d’efforts. Bien sûr, l’expérience des responsables est un atout du succès. On n’oublie pas non plus le soutien du CNC. En peu de temps, avec peu de personnes, les choses ont bien avancé. C’est le fruit du travail collectif.

TV France International : Quels sont les retours des participants chinois de ces rencontres franco-chinoises de l’audiovisuel ?

Peng Zhang : Nous faisons un suivi auprès des professionnels français et également chinois. Il y a des retours très positifs. Certaines sociétés françaises ont reçu des commandes ou sont en cours de négociation sur de nouveaux projets, dans le domaine du documentaire, de la VR, des programmes. Huashi TV souhaite travailler avec nous pour promouvoir les séries françaises d’animation qu’il a achetées. Nous souhaitons continuer en suscitant plus de présence chinoise aux prochains Rendez-Vous de TV France et aussi en organisant des rencontres avec les professionnels chinois au prochain ATF de Singapour.