Le Rendez-Vous de Biarritz édition 2017 a accueilli 276 acheteurs venus d’une cinquantaine de pays. Le nombre d’acheteurs a encore augmenté cette année, avec pour la première fois la venue de quelques acheteurs documentaires français le mercredi comme ceux d’AB Groupe, d’ARTE France, de France 5, de France Ô, des chaînes Histoire, LCP, RMC Découverte et Ushuaïa TV. Par ailleurs, la présence de nombreux nouveaux participants prouve que nous pouvons faire découvrir cet évènement à d’autres acheteurs et ainsi diversifier la présence des contacts sur place. Vous pouvez aussi en parler à vos acheteurs, les inciter à nous répondre et à participer à la prochaine édition.

Tous les ans, nous vous sollicitons pour remettre la liste des invités à jour : pour 2018, n’hésitez pas à envoyer vos recommandations avant le 15 février 2018 idéalement[1].

Le nombre d’acheteurs en hausse cette année est aussi révélateur du dynamisme de la production et de la distribution audiovisuelle française avec des résultats record pour l’exportation des programmes français en 2016 selon la dernière étude des chiffres à l’export menée par TV France International et le CNC[2]. Portées par l’animation et la fiction, les ventes de l’audiovisuel made in France ont connu une croissance de 15 %, atteignant 189,1 millions d’euros. En additionnant les ventes, les préventes et les coproductions, l’exportation française se chiffre à 336,3 millions d’euros. Cette croissance repose principalement sur deux piliers : l’animation, qui a connu une très forte progression par rapport à 2015 (48,1 %), et la fiction, portée par des programmes comme Versailles, Dix pour cent ou le Bureau des légendes.

Comme l’a montré Frederic Vaulpré d’Eurodata TV Worldwid lors de a présentation « Made in France : une offre innovante pour un marché globalisé » en ouverture du Rendez-Vous de TV France International, la production française a de nombreux atouts pour réussir hors de ses frontières. A l’instar de nombreux pays, la fiction (33%) et le factual (51%) sont les genres les plus produits en France, avec une hausse de la production de nouveaux programmes. Ces programmes nationaux s’exportent en plus grand nombre : 186 créations françaises ont ainsi été lancées à l’étranger en 2016, soit 26% de plus qu’en 2015. Ainsi, en 2016 la France est devenue le troisième exportateur de programmes hors unitaires dans le monde derrière les Etats-Unis et le Royaume-Uni. Elle gagne une place par rapport à 2015. C’est en outre le 1er pays exportateur non-anglophone dans le monde devant l’Allemagne.

En matière de fiction, la France peut tirer son épingle du jeu. Après la mode du scandi noir, les polars scandinaves, la tendance est au thriller ayant une dose d’exotisme et/ou de fantastique comme le montre le succès de séries comme Narcos ou El Marginal. Trafic de drogue des producteurs aux consommateurs, orpaillage en Guyane, mystère et étrangeté dans les Pyrénées, des séries françaises comme Cannabis (Lagardère Studios Distribution), Guyane (Newen Distribution) ou Glacé (Gaumont Télévision) ont de beaux jours devant elles. Un autre domaine où la créativité française a fait ses preuves, c’est en matière de créations originales produites avec et pour les jeunes générations, celle des millenials, comme la série Presque adulte portée et réalisée les youtubeurs Norman, Natoo et Cyprien, la comédie sociale Héroïne(s) (ARTE Sales) où de jeunes banlieusardes touchées par la crise s’improvisent catcheuses, et The Morning (Banijay Rights), une série sur les coulisses d’une matinale dans une radio pour jeune de la bande FM.

En matière de documentaire, la tendance est à l’immersion, et des programmes comme Comment je suis devenue invisible (Lukarn) enquête subjective sur la vidéosurveillance et le traçage numérique, l’enquête sur les paradis fiscaux de Cash investigation sur les Panama Papers (Java Films), ou l’émission Seuls à la maison où des enfants vivent seuls dans une maison et doivent se débrouiller sans l’aide des adultes, en sont de bons exemple.

Des sujets plus classiques peuvent être traités de manière innovante comme la série de de docufiction sur Les grands mythes (ARTE Sales), la collection de documentaire Intox (Balanga) sur les grands mensonges qui ont changé le cours de l’histoire ou Rêver le futur (About Premium Content) une série de documentaire proposant une approche positive des inventions et des innovations qui vont transformer nos vies dans le futur.

Depuis quelques années le girl power s’est invité dans les scenarii des programmes pour enfant comme dans le dessin animé russe Fantasy Patrol où des fées magiciennes défendent leur ville, Bella et les Bulldogs où une pom-pom-girl devient la quaterback d’une équipe de football américain. Des filles qui luttent contre les criminels ou qui chassent les trésors, les dessins animés français Les enquêtes de Mirette (Cyber Groupe Studio), Miraculous – Les aventures de Ladybug et Chat Noir (AB International Distribution) ou Pirata & Capitano (Milimages) déjouent les stéréotypes de genre.

En matière d’animation la tendance est aussi à une vision du passé et de l’histoire fraiche et innovante. Retour à la préhistoire à l’époque des néandertaliens avec Bienvenue chez les Ronks ! (Xilam Animation), au Moyen Âge vec Mon chevalier et moi (TeamTO) ou à la campagne dans les années 1930 avec Les souvenirs de Mamette (About Premium Content).

Et oui, les productions françaises ont la cote ! Ces derniers mois de nombreuses productions françaises en tout genre ont connu de vrai succès à l’international comme Le bureau des légendes qui a trouvé acquéreur un peu partout dans le monde, de l’Europe à l’Océanie, la série la collection Duels (Balanga), vue dans 100 pays, notamment au Japon où elle fait un carton d’audience sur Netflix ou la série Molang (Millimages) qui continue de bien voyager et a connu un grand succès aux États-Unis !

En attendant la prochaine édition, voici le compte-rendu des interviews menés par la BDI.

[1] « Les astuces de la BDI #2 –Accéder à la liste des acheteurs du Rendez-Vous de Biarritz », Le mag de TV France International, 11 mai 2017

[2] L’exportation des programmes audiovisuels français en 2016, CNC -TV France International, septembre 2017