Menacé de nouvelles baisses de moyens qui lui sont alloués, TV France International, l’organisme chargé de promouvoir les programmes audiovisuels français à l’international, publie cette lettre ouverte. 

« Nos ambitions à l’export

N’en déplaise aux grincheux, la télé française s’exporte bien. Nous, exportateurs, sommes convaincus qu’elle a encore de fortes marges de progression, à condition de s’en donner les moyens.

En cinq ans, les exportations audiovisuelles ont bondi de 45%, contre une hausse de 8,5% de nos exportations de biens et services. Certes modeste au regard de notre balance commerciale, leur montant de 336 M€ se compare favorablement à celui du Cosip (255 M€).

Par les droits remontés, directement ou à travers des sociétés de perception, ou grâce à de nouveaux projets financés par ces apports, les recettes de l’international profitent à toute la filière : producteurs, auteurs, artistes, musiciens, etc. En créant du désir de France, l’exportation des images dope aussi les tournages sur le territoire national, le tourisme et le secteur des biens de consommation.
En termes de soft power, la télévision est une carte maîtresse. Le premier épisode des Témoins (photo) diffusé le mois dernier avec succès sur BBC4, a rassemblé à lui tout seul une audience supérieure aux entrées en salle de l’ensemble des films français diffusés au Royaume Uni en 2016 ! Chaque année, plus de 65 000 heures de fiction, de documentaire, d’animation ou de flux sont exportées et diffusées sur les écrans du monde entier.

La France s’est dotée d’outils uniques de soutien à l’export, notamment un fond export, géré par le CNC (et dont le montant a doublé en deux ans) et une structure dédiée, TV France International. Malgré tout, les investissements français en distribution et marketing restent limités, comparés aux soutiens à la production ou aux efforts consentis par certains concurrents étrangers.

Ces acquis et ces succès sont fragiles, à l’heure où tout le secteur est passablement bousculé par la fragmentation des audiences, la modification des usages, la montée en puissance des acteurs non linéaires, et des coûts de commercialisation croissants.

L’international est devenu une priorité des pouvoirs publics et des acteurs de l’industrie, car il est aujourd’hui le principal relais de croissance pour financer la création en France, et contribuer à créer des emplois. Dans un contexte d’économies généralisées, et de contraction du marché français, il est donc stratégique et prioritaire de continuer à soutenir l’export. Cela implique notamment de préserver et de renforcer les moyens alloués à TV France International, déjà fortement réduits ces dernières années et menacés de nouvelles baisses, afin d’intensifier son action collective qui profite à tout le secteur. »

Paru dans le Film Français, le 19/12/2017

Le Conseil d’administration de TV France International
Hervé Michel, président
Jérôme Alby (Mediatoon Distribution)
Christophe Bochnacki (Balanga)
Emmanuelle Bouilhaguet (Lagardère Studios Distribution), vice-présidente
Roch Bozino (Java Films)
Sabine Chemaly (TF1 Studio)
Marie Congé (GO-N International)
Sandrine Frantz (Lukarn)
Emmanuelle Jouanole (Terranoa), vice-présidente
Caroline Mougey (SND Groupe M6), vice-présidente
Christophe Nobileau (Newen Distribution), trésorier
Céline Payot Lehmann (Arte France)
Chloé Persyn-Preljocaj (ZED)
Cécilia Rossignol (Gaumont)
Julia Schulte (France TV Distribution)

© crédit photo : Vincent Descostils/Cineteve/FTV