Certes, le marché n’a plus grand-chose à voir avec ce que certains d’entre nous – les plus anciens, ont connu quand il se tenait à Las Vegas ou La nouvelle Orléans.

Certes, l’unité de lieu des gigantesques convention center a cédé à Miami la place une dispersion de stands et de publics, au Fontainebleau, à l’Eden Roc et sur le floor où TV France notamment accueillait cette année 17  sociétés et 20 vendeurs.

Certes, pour aller à la rencontre des décideurs latino-américains le MIP Cancun est devenu depuis quelque temps un rival.

Cependant le Natpe, avec ses qualités et ses défauts demeure de l’avis de tous, un marché où l’on fait des affaires, où l’on s’active sur le stand ou les rendez-vous s’enchainent, ou les bilans de ventes justifient largement le déplacement.

Entre leurs rendez-vous, j’ai pu questionner tous nos vendeurs présents, bien actifs sur le stand, qui m’ont rapporté: peu de no show, une qualité de travail indéniable, une variété d’acheteurs qui en fait toujours un marché généraliste pour les genres et mondial pour les territoires et où de nombreux décideurs d’Amérique du nord, d’Europe, d’Asie viennent chercher des programmes ou confirmer des ventes, des préventes parfois.

Les organisateurs du Natpe, Gary Mitchell en tête, sont passés nous aider à régler certains problèmes de dispersion d’acheteurs et sont à notre écoute pour accroître notre efficacité commerciale. Gary est venu plusieurs fois voir les vendeurs et discuter avec eux sur le stand.

Il est sensible à nos demandes d’amélioration, à nos suggestions, à nos idées et recommandations. N’hésitez pas à transmettre à Catherine tout conseil et proposition qui irait dans ce sens et qu’elle relaiera auprès de lui.