Nous voici de retour après la trêve estivale ! Nous vous espérons plein d’énergie, reposés et prêts à affronter une rentrée chargée.

Chez TV France, les vacances furent studieuses. Il a fallu procéder aux derniers réglages de notre Rendez-Vous. A ce jour, 260+ acheteurs, 59 pays représentés, 35% de primo participants, voici pour la fréquentation. C’est un bon niveau si on le compare aux années précédentes.

Côté vendeurs, vous êtes 131 de 67 sociétés différentes. A peu près comme l’an dernier et vous présentez 1 141 programmes dont 760+ inédits à la commercialisation.

Côté espace de travail, 160+ postes de visionnage Screenopsis, 2 500+ vidéos à visionner et un guide 100% numérique, consultable grâce à des fonctionnalités tout à fait agréables. Nous abandonnons le papier, à l’image de quelques autres marchés qui nous ont précédés sur le chemin du tout numérique.

Côté événements, la traditionnelle présentation d’Eurodata TV sur les programmes phare de l’année ouvrira nos travaux le lundi dès 9h.

Une projection : celle de Alexandra Ehle, 1er épisode d’une série présentée par Film & Picture ; trois soirées thématisées : L’âge d’or des châteaux forts présenté par Lukarn; Philharmonia présenté par Lagardère Studios Distribution ; Un si grand soleil présenté par France tv distribution et notre jogging « les 5 km du Rendez-Vous » du mardi matin.

Et puis, cette année, Nathalie Sonnac nous fait l’honneur de sa présence. Elle viendra pour la 1ère fois au Rendez-Vous et présentera le lundi à 14 h 30 la 3ème édition de son étude sur le tissu économique de la production audiovisuelle. C’est un plaisir que d’accueillir un membre éminent du CSA qui vient à cette occasion, observer le travail de nos exportateurs et dialoguer avec nos acheteurs pour mieux cerner les contours de nos métiers.

Lors de la conférence de presse du 6 septembre à la Scam (Paris), nous avons dévoilé avec Frédérique Bredin, la présidente du CNC, nos chiffres à l’export 2017 !

Le traditionnel exercice se transforme en plaisir lorsque le message à délivrer est si positif. Nous battons de nouveaux records avec 205,2M€ de ventes cumulées soit 8,5% de croissance par rapport à 2016.

Mieux, les trois genres sont en augmentation et pour la fiction, elle est spectaculaire (+27,8%). L’amélioration de la qualité de notre production nationale qui se manifeste de façon remarquable dans les audiences de nos diffuseurs, se traduit à présent à l’export : le marché international salue les progrès que la chaine de production, auteurs, réalisateurs, producteurs, diffuseurs, accomplit.

Nous avions déjà avec l’animation française une filière d’excellence, voici que la fiction semble être gagnée par la même frénésie de succès. Il reste à présent à la confirmer dans les années à venir.

Le documentaire, quant à lui se redresse. Ce n’est pas encore l’embellie exceptionnelle qu’on appelle de nos vœux, mais le genre reprend le chemin de la croissance. Le marché international ne lui facilite pas la tâche qui cumule baisse des prix et raréfaction des cases. Par ailleurs, la production nationale, chez nous comme dans d’autres grands pays européens, ne répond pas assez aux exigences et aux demandes du marché international. Toutes ces raisons expliquent pourquoi l’amélioration que l’on attend ici tarde à venir même si le genre atteint son 2ème meilleur niveau des 10 dernières années.

La sophistication des données et séries statistiques que l’on tire des chiffres à l’export livrées par nos adhérents (et non-adhérents de TV France qui nous ont confié leur résultats, un grand merci à eux) par zones géographiques, par genre, sur plusieurs années, etc. est riche d’enseignements.

Un grand coup de chapeau au service des études du CNC qui accompagne TV France dans le traitement statistique des informations et leur mise en forme. Ce travail livre une foule d’informations glanées aussi grâce aux entretiens menés avec une sélection d’exportateurs.

C’est un travail considérable qu’il faut exploiter pour mieux comprendre comment nos productions performent sur les marchés. Il est riche d’enseignement pour nous aider à appréhender l’avenir et pour mener les bonnes réflexions sur les stratégies commerciales à mettre en œuvre.

Il permet également aux pouvoirs publics de montrer l’utilité et la pertinence de leurs soutiens à l’export audiovisuel, tant pour ce qui concerne le soutien à la production à vocation internationale que les soutiens aux distributeurs, dans leur rôle économique et de soft power.

N’hésitez pas à vous reporter à l’étude complète sur le site du CNC.

Très bonne rentrée à tous !