Tania Khali

TV France International : Bonjour Tania ! Vous êtes actuellement Attachée Audiovisuelle en Chine basée à Pékin, pouvez-vous nous parler de votre parcours ?

Tania Khali : Bonjour au Mag de TV France ! Je suis attachée audiovisuelle depuis septembre 2018.

Après une enfance et une adolescence à l’étranger (Maghreb, Amérique du Nord et Asie), je finis mes études à Paris (Sciences Po Bordeaux et DEA d’économie à Paris IX Dauphine notamment) et commence à travailler dans un cabinet de consulting et d’études économiques. Rapidement, je me rends compte que ce n’est pas ma voie et je me tourne alors vers le cinéma qui est ma passion depuis l’âge de 15 ans. Après différents stages, je débute au sein du Groupe Canal+ en 1991 aux acquisitions cinéma pour l’Afrique, puis pour la Scandinavie, le Benelux et la Pologne. En 2002, je rejoins le Groupe France Télévisions en tant que Directrice des acquisitions de programmes avec pour mission de créer une direction commune des achats (France 2, France 3 auxquelles viendront s’ajouter France 4 et France 5) pour les films, les séries étrangères et les courts métrages. Après 25 ans de carrière au sein de média, j’ai renoué avec ma jeunesse de globe-trotteur et j’ai choisi de candidater au ministère des affaires étrangères.

La Chine était mon premier choix tant les enjeux media et cinéma sont passionnants à suivre sur ce territoire. Je suis donc très heureuse d’être à Pékin depuis 8 mois où j’ai en charge la coopération culturelle dans le secteur du cinéma, de l’audiovisuel, du numérique et des musiques actuelles

TV France International : Quels sont selon vous les grandes évolutions actuelles du secteur audiovisuel en Chine ?

Tania Khali :  Les grandes tendances 2018 sur le marché audiovisuel chinois concernent les émissions de téléréalité, le format vidéo, les contenus originaux et la réforme de la législation.

Ainsi, on constate :

  • un fort développement et une grande popularité des émissions de variété et de téléréalité en Chine, autant à la télévision que sur les plateformes vidéo internet ;
  • une explosion du format vidéo (développement très important des applications mobiles de micro-vidéo avec un changement des usages qui sont passés du texte et de l’image au son et à la vidéo) ;
  • Investissement massif des plateformes (Iqiyi, Tencent et Youku) dans la création originale de contenus ;
  • une réforme audiovisuelle de grande ampleur qui se traduit notamment par l’éclatement de la SAPPRFT (State Administration of Press Publications, Radio, Film and Television) en plusieurs entités (remaniement des instances gouvernementales sur l’audiovisuel et le cinéma et réorganisation des autorités de régulation et de censure, nouvelles régulations concernant les contenus qui traduisent une volonté d’uniformiser les règles de la télévision et des plateformes en ligne).

TV France International : Quelles sont selon vous les clés pour pénétrer le marché chinois de l’audiovisuel ?

Tania Khali :  La clef pour parvenir à pénétrer ce marché réputé complexe c’est la multiplication des échanges afin de créer des opportunités de travail en commun et bien évidemment des projets de co-production.

On peut citer deux belles réussites de l’année 2018 pour les producteurs français :

  • La société Gédéon programmes a intensifié ses relations avec l’Asie en signant deux accords cadre avec des sociétés de production chinoises : Nanyang Films (société spécialisée dans la production de documentaires de science et de technologie) et le groupe média DAHE2MEDIA,
  • Le studio Millimages a vendu sa série Molang (coproduite avec Canal+ et lauréate du prix de ventes internationales de TV France International) aux plateformes chinoises iQiYi, Tencent et Youku. Plus récemment, en avril 2019, le studio a signé un accord permettant une diffusion quotidienne de la série sur le réseau télévisé national chinois.

TV France International : Quelles ont été en 2018-2019 les actions audiovisuelles mises en place par le poste de Pékin pour promouvoir les programmes français ?

Tania Khali :  Il ne faut pas hésiter à venir en Chine le plus souvent possible pour rencontrer les interlocuteurs, mais également prendre le temps de leur montrer les programmes in extenso dans les meilleures conditions possibles.

Ainsi l’Ambassade de France en Chine a renouvelé, cette année, son accord de représentation avec TV France International et nous allons bien-sûr poursuivre le travail de veille et d’échanges qui se traduit notamment par les grands axes suivants :

  • un bulletin de veille complet en ligne tous les deux mois,

Le dernier numéro février-mars 2019 est accessible ici

  • une présence sur les marchés clefs : par exemple GZ Doc (Canton) , Filmart (Hong Kong), SIFF (Shanghai) afin de faciliter les mises en relation entre producteurs français et chinois qui ont, cette année, pu donner lieu à des accords de co-production,
Présence française au GZ Doc 2019

Présence française au GZ Doc 2019. Au centre avec une écharpe rouge, Tania Khali, à sa droite, Peng Zhang, correspondante de TV France International en Chine
  • la poursuite des entretiens avec les acheteurs chinois,
  • l’organisation de showcases à l’auditorium de l’Institut Français par genre de programmes (documentaire, animation, série). L’une de ces opérations a notamment permis la vente de « L’Art du crime », distribuée par Gaumont Television à la CCTV ».  

TV France International : C’est quoi pour vous TV France International ? » :

Tania Khali :  : TV France International est un pont indispensable entre les exportateurs français de programmes et l’international, notamment, sur des territoires peu ouverts aux programmes étrangers comme la Chine.

Un organisme tel que TV France International consacre toute son activité à tisser des liens et à analyser les marchés. Ces deux éléments sont essentiels pour gagner des parts de marché au fil du temps. Les exportateurs de programmes ne peuvent que bénéficier de ce travail de fond qui demande du temps et de la distance.