Depuis fin août, Félix Souris est le nouveau visage du SEDPA. Pour nous, l’occasion de faire sa connaissance. Pour lui, l’occasion de nous présenter les grandes lignes de cette année 2020/2021 qui s’ouvre à nous.

L’entretien

TV France International : Félix, tout d’abord, bienvenu dans le monde de la télévision !  quelques mots sur vous et votre parcours

Félix Souris : Merci de votre accueil chaleureux. Je suis passionné par les industries culturelles et j’ai débuté mon parcours dans le cinéma en défendant les intérêts des éditeurs de films. Je suis très enthousiaste à l’idée de mettre mon expérience au service de la distribution audiovisuelle qui est un secteur audacieux, créatif et en phase avec les nouveaux usages de consommation des contenus.

TV France International : Vous avez pris la direction du SEDPA depuis maintenant deux mois, quelles sont vos premières impressions ?

Félix Souris : Le SEDPA est un syndicat dynamique qui peut s’appuyer sur une base d’adhérents diverse et investie. Cette mobilisation des adhérents et un processus de décision collégial et transparent font de ce syndicat une formidable courroie de transmission entre les professionnels de la distribution audiovisuelle et les tutelles. 

TV France International : Un des premiers grands chantiers sur lequel vous allez devoir plancher est la loi sur l’audiovisuel…

Félix Souris : La réforme audiovisuelle est un jalon fondamental dans l’histoire de notre exception culturelle. Si l’intégration des plateformes est indispensable à la pérennité de notre écosystème de financement de la création, celle-ci ne peut intervenir au prix d’une dérégulation poussée des diffuseurs historiques. A cet égard, le SEDPA sera particulièrement vigilant à préserver l’esprit du Projet de loi d’origine en favorisant une articulation vertueuse entre les différents régimes d’obligations.

TV France International : L’année 2020/2021 s’annonce compliquée pour les distributeurs de programmes. Comment approchez-vous ce défi ?

Félix Souris : Les professionnels de la distribution audiovisuelle font face à des difficultés importantes alors que les effets durables de la crise se feront pleinement sentir en 2021. L’effet conjugué de l’ajustement des budgets d’acquisition des diffuseurs, des retards de production et de l’annulation des principaux marchés vient progressivement réduire les débouchés des distributeurs et mettre en péril leur équilibre économique. A cet égard, le SEDPA se félicite de la revalorisation de l’aide au doublage mise en oeuvre par le CNC qui est un signal fort envoyé aux professionnels. Cependant, la vente internationale de programmes, qui est par définition une activité de contact et de rencontres, est particulièrement touchée par la crise sanitaire. Nous demeurons très attentifs à l’évolution des pratiques de marché alors que le numérique prend une place de plus en plus prépondérante dans l’activité de nos mandants.  

TV France International : Comment envisagez-vous vos relations avec TV France International ?

Félix Souris : TV France International est un acteur essentiel au bon développement de l’export audiovisuel du fait de son expertise des marchés internationaux et des diffuseurs locaux, son savoir-faire en termes de promotion, d’analyse et de veille stratégique. Le SEDPA est quant à lui le garant des intérêts et de l’image des professionnels de la distribution audiovisuelle. Si nous oeuvrons donc dans des domaines différents, nous échangeons et agissons de concert dans un but commun : le rayonnement de la création audiovisuelle française dans le monde. Nos relations avec TV France International sont d’autant plus précieuses en cette période troublée que traverse la distribution.